Suite à l’éruption meurtrière du Mont Ontake (centre du Japon) le mois dernier, les choses s’accélèrent à Shizuoka et Yamanashi. Les deux préfectures s’attachent actuellement à examiner toutes les mesures existantes quant à un cas d’éruption de la plus haute montagne du Japon.

 

Le Mont Fuji est considéré comme un volcan actif, mais reçoit pourtant près de 300 000 visiteurs chaque été. De ses 3 776 mètres de haut, sa dernière éruption majeure remonte à 1707.

« Les gîtes ont seulement assez de casques pour le personnel, il est nécessaire de mieux se préparer. Nous allons probablement demander à ce que l’on nous en apporte et nous fournisse davantage de vêtements d’hiver », a déclaré Yoshikatsu Miyazaki, chef d’une association de gîtes à proximité du sommet du Mont Fuji.

Mais Noboru Arai, responsable de gestion de crise pour la ville d’Oyama (Shizuoka), où la piste de Subashiri du Mont Fuji se trouve, s’inquiète : « Je doute que les gîtes puissent préparer un nombre suffisant de casques : pas moins de 1 000 personnes grimpent au sommet de la montagne pour voir le lever de soleil. »

Le problème étant clairement soulevé, l’anticipation reste la meilleure arme pour protéger au mieux la population et les touristes.

 

Source : Jiji Press | Image : Shutterstock.com

Discussions

Laisser un commentaire