94 enfants de moins de 13 ans ont été enlevés en 2013. L’Agence Nationale de Police (NPA) indique que les ravisseurs agissent, en priorité, lors des entrées et sorties de l’école.

 

Alors que le nombre d’enlèvements enregistrés est en baisse depuis une dizaine d’années, de nombreux enfants restent toutefois en danger.

Sur les 94 cas de 2013, 24 ont connu des sévices sexuels. 32 enfants concernés ont entre 0 et 5 ans, 62 entre 6 et 12. Le ratio fille/garçon était de 2 pour 1.

Écartant les 32 affaires insituables dans le temps, la plupart (19) ont eu lieu entre 16 et 18 heures. 10 entre 14 et 16 heures, suivies par 8 entre 8 et 10 heures du matin. Des chiffres de 2004 confirment l’action des ravisseurs comme s’inscrivant dans ces tranches horaires.

stat

Une comparaison des statistiques de 2004 et 2013 montre un changement dans les relations entre les ravisseurs et les enfants enlevés. Sur les 100 présumés ravisseurs en 2004, 70 étaient des étrangers, 18 des proches (conjoints séparés, par exemple), 5 des amis ou connaissances. En revanche, des 75 présumés ravisseurs arrêtés en 2013, 31 étaient des étrangers, 30 des parents, 5 des amis ou connaissances.

En 2005, suite à une série de crimes violents ciblant les enfants – parmi eux, le meurtre d’une jeune fille à Imaichi, aujourd’hui Nikko, la préfecture de Tochigi – la NPA a ordonné aux forces de police du pays d’intensifier les patrouilles autour des écoles et des parcs. En 2009, la police a mis en place des groupes spécialisés dans la sécurité des femmes et des enfants dans tout le pays. Fin 2013, le nombre de bénévoles dans les groupes d’anti-criminalité était de 47 084 (6 fois celui de 2004).

Malgré toutes ces démarches et nouvelles organisations, les enlèvements d’enfants ont continué cette année.

Ayako Aoyama, chef de l’unité de prévention du crime de la NPA, a annoncé la nécessité pour les parents de prévenir et d’éduquer les enfants sur ces dangers.

 

Source : Mainichi | Image : Japan Times

Discussions

Laisser un commentaire