Selon une enquête du gouvernement, 80,3 % de la population japonaise est en faveur de la peine de mort. Un taux légèrement en baisse par rapport au 85,6% enregistré en 2009.

 

Seulement 9,7 % des Japonais interrogés souhaitent l’abolition de la peine de mort, un taux en hausse de 4 % par rapport à l’enquête précédente.

Lors de cette enquête, il a été demandé pour la première fois aux Japonais s’ils seraient pour l’abolition de la peine de mort si la condamnation à perpétuité était introduite au Japon. 37,7 % des interrogés étaient favorable à l’abolition tandis que 51,5 % restaient contre.

Parmi les opposants à la peine de mort, 46,6 % (+3,4% par rapport à 2009) ont souligné le fait que cette sentence serait irrévocable si l’accusé était en fait innocent.

Les personnes interrogées semblent avoir été affectés par la décision d’un tribunal ayant suspendu la condamnation à mort d’Iwao Hakamada après un séjour de près de 50 ans derrière les barreaux.

41,6 % des opposants à la peine de mort souhaitent que les criminels soient maintenus en vie afin de payer pour leurs crimes. 38,8 % ont déclaré qu’exécuter des personnes est impardonnable même pour le gouvernement.

Parmi les personnes soutenant la peine de mort, 53,4 % indiquent que les sentiments des victimes et de leurs familles ne seraient pas respectés si la peine de mort était abolie.

52,9 % indiquent que les auteurs de crimes odieux doivent payer de leur vie, et 47,4 % mettent en avant le risque de récidive si le criminel est maintenu en vie.

Parmi ces personnes interrogées, 40,5 % ont déclaré que la peine de mort pourrait être abolie si la situation changeait à l’avenir.

Il s’agit de la 10e enquête sur la peine de mort effectuée par le gouvernement depuis 1956. Depuis 1989, le gouvernement renouvelle cette enquête tous les cinq ans.

Lors de cette enquête réalisée en novembre dernier, le gouvernement a interrogé 3000 hommes et femmes âgés de 20 ans et plus sur l’ensemble du territoire. 1826 personnes ont transmis des réponses valides.

Le gouvernement a dû modifier les questions après que La Fédération des barreaux du Japon ait constaté que celles posées lors de l’enquête précédente soutenaient le maintien de la peine de mort.

 
Source : mainichi || Image : Shutterstock.com

Discussions

10 Réponses

  1. Julien

    Cela surprend toujours dans un pays si sûr, si empreint de Bouddhisme et de politesse…
    On peut aussi recouper ce fait avec d’autres comme par exemple le fait qu’une grande majorité des Japonais n’a pas de réflexion personnelle sur la politique (on vote pour des personnalités), ou bien que 80% des parents pensent qu’un gamin qui souffre d’ijime à l’école doit régler ses problèmes seuls. Pire, quasiment tous les Japonais pensent que les SDF ont choisi leur vie et que la société ne leur doit rien, ni aide, ni soutien quelconque.
    Cela jure un peu avec la bienveillance et la générosité des particuliers que j’ai pu rencontrer.
    La société japonaise est très cruelle.

    Un Japonais m’a dit qu’il était dangereux qu’une telle société, qui tape tant sur les clous qui dépassent, ait le droit de retirer la vie à des individus. Jusqu’à peu, il n’y avait pas de jurés issus du peuple, et les condamnations étaient décidées par des professionnels rigides et sans aucune compassion. Le problème selon lui n’est donc pas la peine de mort, mais la légitimité de l’autorité qui souhaite l’appliquer.

    Actuellement, le peuple est pour la peine de mort, mais s’il changeait d’avis, le pouvoir en place en ferait-il autant ?

    • chris

      @Julien

      « Cela surprend toujours dans un pays si sûr, si empreint de Bouddhisme et de politesse… »

      Je ne pense pas que le fait d’infliger la peine de mort aux pires criminels rend surprenant qu’un pays soit sur, ou alors il faudrait que tu explique ton raisonnement.

      « le fait qu’une grande majorité des Japonais n’a pas de réflexion personnelle sur la politique (on vote pour des personnalités) »

      C’est vrai que les français ne votent pas pour des personnalités du tout et qu’il sont extrement intelligents pour detecter le vrai du faux dans les discours, il n’y a qu’a voir le nombre de personnes qui votent pour un président, qui le detestent ensuite des la premiere année ou il est au pouvoir et qui reprend 20 points des qu’il fait un défilé pour une bonne cause populaire. Cela démontre la grande conviction et régularité dans l’opinion des français, en revanche les japonais sont juste bons à se gaver de ramen et à travailler comme des robots, on sait on sait…

      • Walazae

        Heu… Du calme ?
        Il a jamais comparé avec la France hein.
        Il a juste fait son constat des faits, sur certains problèmes au Japon. Ca sert à rien de s’exciter tout seul comme ça.

  2. Chiryo

    Ils ont l’air d’accorder très peu de place au pardon.

    Maintenant je suis curieux de savoir sur quoi ils décident la peine de mort d’un condamné (en comparant à d’autres pays)

    Personnellement je ne pense pas qu’une peine longue ou courte amène tous les détenus à réfléchir sur leur actes et à se ranger sur le bon côté.

    Maintenant tout dépend comment est appliqué la peine de mort.

  3. bluebird

    Il faudrait rajouter un détail à savoir que le Japon n’applique pas cette sentence suprême tous les quatre matins. Cela reste « rare ».

    Comparer n’est pas forcément une bonne solution, mais quant on regarde la situation en France, cela ne va pas donner envie aux japonais d’abolir la peine de mort. (Quand on voit le nombre de récidivistes, et les tueurs/violeurs sortir de prison au bout de 20, après bonne conduite)

    Bref, la compassion ne va pas faire revenir les victime, donc, pour l »instant, tant qu’il n’y a pas de solution permettant de « neutraliser » les individus capables de crimes affreux, autant garder la peine de mort, ca sauve des vies!

    • Shin-sen

      Qu’on m’explique en quoi la peine de mort sauve des vies??
      La peine de mort n’a jamais fait baisser la criminalité.
      Les personnes dangereuses doivent être mises en prison à perpétuité.
      La justice a pour fonction de protéger la société en écartant les individus nuisibles, pas de se venger et jouer les Dieu en décidant de la vie ou de la mort de quelqu’un.
      Certe le système français a des points faibles, mais vu le fonctionnement de la « justice » au Japon, je ne les envie pas du tout.

Laisser un commentaire