Une cinquantaine de sociétés étrangères réclament à Olympus la somme totale de près de 20 milliards de yens (200 millions d’euros) en raison des pertes subies du fait des maquillages de comptes du groupe nippon d’appareils photo durant plusieurs années, a indiqué ce dernier.

Dans un communiqué publié mardi soir, Olympus explique que 49 investisseurs institutionnels ont déposé plainte pour être dédommagés, se jugeant lésés par les manipulations comptables auxquelles s’est livré Olympus sur plusieurs exercices budgétaires.

Olympus dit ignorer pour l’heure l’impact éventuel de cette requête sur ses résultats financiers, mais le fait est que le montant réclamé est plus de deux fois supérieur au bénéfice net de 8 milliards de yens escompté par le groupe pour l’ensemble de l’année budgétaire qui s’achèvera en mars prochain.

 

Cette information n’a apparemment pas eu d’impact visible sur l’action du groupe à la Bourse de Tokyo où elle s’échangeait au cours stable de 1.322 yens mercredi en milieu de matinée.
Olympus essaie actuellement de tourner définitivement la page d’un scandale qui a gâché son année précédente, à la suite des révélations en octobre 2011 de son ex-PDG britannique Michael Woodford, renvoyé manu militari pour s’être montré un peu trop curieux vis-à-vis des obscures pratiques de ses prédécesseurs.

Après avoir nié dans un premier temps, les autres dirigeants du groupe ont reconnu avoir dissimulé durant plus de 20 ans des pertes de 130 milliards de yens (1,3 milliard d’euros) subies sur des investissements effectués pendant les années de la bulle financière et qui ont viré au fiasco.
Olympus a depuis changé l’ensemble de son équipe de direction et mis en oeuvre un vaste plan de restructuration.

Discussions

Laisser un commentaire