Avant de se rendre au Japon dans le cadre d’un voyage, des études ou du travail, beaucoup d’étrangers en profitent pour s’informer sur les choses à faire et à ne pas faire afin d’éviter de commettre un faux pas.

 

Avec ses règles et ses conventions sociales uniques, quasiment tous les étrangers qui ont passé du temps au Japon auront des histoires à raconter sur les erreurs commises, telles que parler fort dans le train ou encore le fait d’entrer dans une maison avec des chaussures. Des erreurs qu’on peut retrouver ici et dont on a tous entendu parler.

Mettons celles-ci de côté et parlons plutôt d’erreurs plus graves qui pourraient impacter la vie de nombreux étrangers vivant au Japon. Ces erreurs qu’on ne réalise pas sur le moment et dont on ne se rend compte que des mois voire des années plus tard. Ces erreurs qui favorisent la distance entre nous et les autres, qui entravent nos tentatives d’intégration, voire nous font rater une vie heureuse au Japon.

 

Erreur 1: « Gaijin Smash »

gaijin-smash-etrangers-japon

« Gaijin Smash », est un terme, inventé par un Américain venu au Japon grâce au programme JET, qu’on utilise lorsqu’un étranger abuse de son statut pour transgresser une loi japonaise.

Prenons un exemple typique de « Gaijin Smash », le fait de passer les portiques d’une gare sans avoir acheté de billet, tout en sachant que le personnel de gare sera réticent à l’idée de vous courir après. Celui-ci vous trouvant plutôt effrayant avec votre grande taille et doutant de sa capacité à communiquer correctement avec vous.

Autre exemple de « Gaijin Smash », lorsqu’un employé de la NHK frappe à votre porte et vous demande si vous avez un téléviseur et que vous faites semblant de ne rien comprendre jusqu’à ce qu’il disparaisse ( la réponse standard du Gaijin Smash standard est alors « terebi wa tabemasen » (lit. « Je ne mange pas la télévision »).

Non seulement vous agacez les gens, vous donnez une image exécrable des étrangers mais vous limitez également vos chances d’intégration.

Le Japon possède de nombreuses règles semblant parfois être inutiles et pouvant donner une envie de « Gaijin Smash » à de nombreux étrangers, même à ceux vivant au Japon depuis plusieurs années.

Mais ces règles, n’ont elles pas permis au Japon de devenir le pays si sûr et unique que nous aimons tant ?

 

Erreur 2: Éviter de rencontrer des gens

gaijin-party-japon-tokyo-etrangers

Lorsqu’on parle de socialisation, les étrangers vivant au Japon ont tendance à se séparer en 2 camps. Le premier consiste à s’immerger à fond dans la vie japonaise, apprendre la langue et se faire autant d’amis que possible.

Afin de se faciliter la tâche, ils refusent toute relation avec d’autres étrangers et s’autorisent à parler uniquement aux Japonais. Certains vont même jusqu’à les haïr.

L’autre camp, probablement un peu plus décontracté au sujet de leur nouvelle vie au Japon, se délecte de la chance de se faire de nouveaux amis, peu importe leurs origines. Ils forgent des amitiés avec des personnes venues de pays lointains et apprennent d’avantage sur ces nouvelles cultures.

Ils prennent donc du bon temps, pensant parfois que se faire des amis japonais demande un peu trop d’effort et donc lâchent l’affaire. Certains n’ont alors pas besoin d’amis japonais et sont heureux dans leur bulle.

Les personnes faisant partie de ces deux camps font une grosse erreur. Il n’y a aucun intérêt à se déplacer dans un autre pays si vous n’êtes pas prêt à vous intégrer au moins un minimum, et rencontrer des locaux est la meilleure façon d’y arriver.

Il est également triste de voir des étrangers se comporter comme des rivaux plutôt que comme des amis potentiels surtout lorsqu’on connait vos nombreux points communs (le premier étant cet intérêt pour le Japon !).

Devenez ami avec qui vous voulez mais ne cherchez pas intentionnellement à couper les gens de votre vie. On ne sait jamais, vous pourriez passer à côté d’une rencontre fantastique.

 

Erreur 3: Favoriser une culture à une autre

problemes-etrangers-japon-expatries

Il est toujours gênant de rencontrer un étranger au Japon préférant de loin être Japonais. Qu’elles soient en admiration totale ou juste un peu trop enthousiastes au sujet de la vie au Japon, ces personnes peuvent être désagréables, surtout quand elles passent leur temps à essayer de prouver à quel point elles sont « Japonaises », ou à râler à propos de leur pays d’origine.

Certains vont jusqu’à se débarrasser totalement de leur identité culturelle, refusant de parler de leur pays d’origine et se concentrant uniquement sur leur vie au Japon.

Abandonner votre culture est une énorme erreur, car vous reviendrez inévitablement sur vos paroles et vous vous retrouverez seul. Aimer la culture japonaise ne signifie pas pour autant que vous devez abandonner ou dénigrer la vôtre.

Vous ne vous transformerez pas en Japonais même si vous ne faites que regarder des émissions japonaises et que vous vous empiffrez de ramen !

Certaines personnes se situent à l’extrême opposé et refusent d’avoir quelque chose à voir avec le Japon, pays dans lequel ils résident actuellement. Cela est généralement signe d’un choc culturel, et se manifeste souvent en ne voulant manger que de la nourriture du pays d’origine,  en évitant de sortir et en rejetant tout ce qui a une relation avec le Japon.

Déménager au Japon signifie que vous allez toujours vous trouver entre deux cultures, mais il est important de se rappeler que personne ne vous demande de choisir. Vous pouvez être fiers de vos origines et profiter aussi du Japon !

 

Erreur 4: Se vautrer dans la négativité / Vivre dans le déni

probleme-immigration-japon-expat

Une autre grosse erreur que certains étrangers font est de traiter le Japon comme une sorte de force divine qui a le pouvoir d’apporter le malheur ou la joie dans leur vie. Le Japon n’est pas responsable de votre bonheur, et si vous êtes constamment malheureux ici, il y a de bonnes chances que vous le soyez également ailleurs.

Le choc culturel est réel, mais nous connaissons tous des étrangers qui choisissent de rester au Japon et pourtant qui adorent blâmer le pays pour chaque petite chose qui les agace. Un problème au travail ? C’est la faute du Japon. Les murs de mon appartement sont trop minces ? C’est la faute du Japon. Vous vous êtes cogné le pied sur votre table ? C’est la faute du Japon !

Vous pouvez aussi vous retrouver dans le groupe de ceux qui ont rêvé si fort du Japon qu’ils ne sont plus en mesure d’exprimer leur frustration, de peur qu’un de leur ami ne leur dise : « mais je croyais que tu aimais le Japon ».

Il ne leur reste alors plus qu’à afficher un grand sourire forcé et à faire semblant que le Japon est le monde des Bisounours où il ne se passe jamais rien de mauvais.

Rassurez-vous, il est tout à fait naturel d’évacuer certaines frustrations. Evitez cependant de devenir une victime en accusant le Japon de la mort de votre chien lorsque vous aviez 7 ans.

La clé pour être heureux et équilibré est d’éviter de comparer le Japon à votre pays d’origine. Au lieu de décider quels sont les meilleurs et les pires aspects de chaque pays, pourquoi ne pas accepter ces différences ?

 

Erreur 5: Se retrouver coincé

professeur-anglais-francais-au-japon

Lors de leur arrivée, de nombreux étrangers souhaitent visiter chaque préfecture, découvrir les temples et les sites historiques, faire du snowboard ou du surf avec les locaux et pourquoi pas pratiquer une activité culturelle ou un sport tel que l’Ikebana ou le Karaté.

Vient ensuite le travail ou les études. Les mois puis les années passent et ils se rendent compte qu’ils ont à peine quitté Tokyo et le seul mouvement de karaté qu’ils ont pu pratiquer est le signe « excusez-moi » lorsqu’ils forcent un passage dans la foule.

Prendre le train, aller au travail tous les jours, et voila, vous vous retrouvez finalement à vivre le genre de vie banale que l’on peut vivre àf peu près partout.

On peut facilement tomber dans le piège du train-train quotidien, s’y sentir à l’aise et finalement être moins enclin à sortir de sa zone de confort pour aller voyager et apprécier tout ce que le pays a à offrir.

Une autre façon de se faire coincer concerne le type de travail.
Beaucoup d’étrangers au Japon deviennent professeurs de langue anglaise ou française, suivant vos origines.

Enseigner l’anglais peut être difficile, mais gratifiant, et les enseignants étrangers sont souvent respectés pour fournir un service (si langue native) que les Japonais sont incapables de proposer.

Il n’est donc pas étonnant que de nombreux professeurs d’anglais apprécient leur emploi et même si leur niveau de Japonais s’améliore, ils ne penseront pas à faire autre chose.

Bien sûr, si vous aimez l’enseignement, personne ne vous dira d’y renoncer pour aller travailler dans un bureau mais souvent, les personnes qui rêvent d’une autre activité professionnelle ont tendance à renoncer à leurs aspirations et préfèrent enseigner pendant des années, voire des décennies, car c’est tout ce qu’ils savent faire au Japon.

Bien sûr, Il est plus difficile de tenter de faire carrière au Japon que dans votre pays d’origine mais personne ne vous a jamais forcé à choisir entre vivre au Japon et faire le travail de vos rêves.

 

Source : Rocketnews24

Discussions

24 Réponses

  1. Véronique Cavailles

    Sur un article similaire, j’ai lu: « De plus, au Japon, vous pouvez même savoir si une femme est enceinte par la chainette sur son sac, donc vous saurez que vous devez lui céder le siège. »; quelqu’un pourrait m’expliquer la signification/l’origine (je ne sais pas trop comment dire) de la chainette svp?

  2. Sophie Martin

    J’adore vos articles, j’ai lu celui-ci avec beaucoup d’intérêt. Par contre je vais jouer l’emmerdeuse de service, mais le corps de texte est parsemé de fautes d’orthographe un peu partout, c’est fort dommage. Voilà, des bisous ! 😀

Laisser un commentaire