Si vous prévoyez un voyage au Japon, attendez-vous à débarquer dans l’un des endroits les plus dépaysant du monde, tant la culture et les habitudes de vie y sont différentes. Pour un séjour vraiment hors de l’ordinaire, prévoyez un arrêt à ces quelques restaurants «on ne peut plus étranges».

 

Zombis, prison et têtes décapitées

 

Amateurs de sensations fortes, le lugubre Alcatraz ER de Tokyo vous promet des frissons garantis. Les tables y sont aménagées dans les cellules d’une prison abandonnée, dans un décor tout droit sorti d’un film de gore.

Les cocktails y sont servis dans des seringues, des contenants médicaux et des prothèses en forme de têtes décapitées.

Pour attirer l’attention des serveuses – des infirmières ensanglantées –, vous devez cogner sur les barreaux de votre cellule. Et les rumeurs qui circulent sur Internet parlent de spectacles pour le moins… troublants.

 

Vivre les contes des Mille et Une Nuits au cœur du Japon

 

Le restaurant Arabian Rock vous transporte le temps d’un repas dans l’Arabie mythique de Sinbad, Aladdin et Ali Baba. À l’accueil, vous devrez frotter la lampe magique pour conjurer vos serveurs, en tenue de danseuses de baladi et pantalons bouffants.

Les tables sont aménagées dans de petites salles fermées par des rideaux et décorées de tapis perses et de shishas.

À essayer: le cocktail Lampe magique Abracadabra, un mélange de six alcools à préparer vous-même dans une lampe et à partager entre amis.

 

Le Japon: pays des merveilles

 

Savourez votre «pizza à la queue de Chat du Cheshire » et votre «joue de veau braisé dans sa sauce au vin rouge de la Reine de Cœur» dans un décor fabuleux tout droit sorti de l’imaginaire d’Alice au pays des merveilles.

Vous y trouverez des tables en forme de cartes à jouer, des banquettes en tasses de thé, une forêt enchantée, des chandeliers en tout en cœurs et des murs tapissés des pages du célèbre classique de Lewis Carroll.

 

Des singes comme serveurs

 

La Taverne Kayabukiya emploie deux macaques, Yat-Chan et Fuku-Chan, pour assurer le service aux tables. Le propriétaire du restaurant, Otsuka, explique que son premier singe domestique a appris par lui-même, en le regardant travailler.

«Ça a commencé le jour où je lui ai donné une serviette chaude et qu’il est allé la porter à un client». Pour respecter les droits des animaux, les deux singes ne sont de service qu’une à deux heures par jour, et peuvent conserver leurs pourboires: des haricots!

 

 

Discussions

Une réponse

Laisser un commentaire