Au moins deux touristes japonais ont été tués et douze blessés par un automobiliste fou qui les a heurtés et poignardés près d’un hôtel de l’île de Guam, dans le Pacifique, ont indiqué mercredi les autorités locales.

 

L’attaque s’est produite mardi soir, lorsqu’un homme a défoncé avec sa voiture la vitrine d’une boutique près du complexe touristique Outrigger Guam Resort, avant de bondir de son véhicule et de poignarder les personnes sur le trottoir.

Le gouvernement japonais a fait état d’au moins deux morts et douze autres blessés nippons. « Au moins 14 citoyens japonais ont été blessés, dont deux sont morts », a déclaré le porte-parole du gouvernement lors d’un point de presse.

« Dix blessés sont encore hospitalisés et deux sont sortis », mais il y a au moins un blessé grave, a-t-il précisé.

Les deux morts japonais seraient deux femmes de 82 et 28 ans, selon l’hôpital Guam Memorial Hospital cité par les médias nippons. Figureraient aussi parmi les blessés japonais un bébé de 8 mois et un enfants de 3 ans.

De son côté, la police de l’île a annoncé la mort de trois personnes et indiqué qu’un homme d’une vingtaine d’années avait été arrêté.

 

Le motif cette attaque n’est pas connu.

 

« Il est sorti de sa voiture et a commencé à attaquer les gens. C’était terrifiant », a déclaré à l’AFP Lendi Cruz, qui a assisté à la scène.

« Il commençait à poignarder quelqu’un et j’ai vraiment paniqué. Il courait à droite à gauche en poignardant les gens », a raconté au Pacific Daily News Ashley Quichocho, une habitante de Guam, elle aussi sur les lieux lors de l’attaque.

Le gouverneur de Guam Eddie Calvo a déclaré que ce fait divers avait stupéfait le pays qui compte quelque 180.000 habitants et qui attire chaque année près d’un million de touristes japonais, une manne pour l’économie.

« Nous sommes sous le choc et nous partageons le chagrin des familles de ceux qui ont été blessés ou qui sont morts », a-t-il déclaré dans un communiqué adressé au « peuple du Japon ». « Ce n’est pas le genre de chose qui arrive dans notre communauté. Quiconque s’est rendu à Guam le sait très bien ».

« Je peux vous assurer mes amis que cet acte ne restera pas impuni », a-t-il conclu.

Contacté par l’AFP, l’hôpital n’a pas souhaité donner d’information sur l’état de santé des blessés.

Discussions

Laisser un commentaire