Un rapport montre qu’un harceleur sur quatre, issu de la catégorie la plus dangereuse, ignore les avertissements de la police et continue à harceler ses victimes.

 

L’Institut national de police scientifique a analysé environ 220 affaires traitées sur une période de 3 mois par la police de la préfecture de Chiba en 2012.

L’institut divise les harceleurs en 3 types :
Le moins dangereux est le type «chronique» : Ils harcèlent leurs victimes par e-mails ou via des appels téléphoniques.

Vient ensuite le type «intense» : il désigne les harceleurs qui suivent ou qui menacent leurs victimes.

Puis enfin le plus dangereux, le type «aigu» : Ces harceleurs menacent ou suivent leurs victimes et s’introduisent par effraction dans leurs logements à plusieurs reprises.

L’institut indique le type « chronique » a représenté 51% des cas étudiés. Les harceleurs ne connaissaient pas leurs victimes.

En revanche, le type aigu représente 37 % et concerne le plus souvent d’anciens couples. Les personnes quittées ayant tendance à devenir plus violentes. Une personne sur quatre de cette catégorie a ignoré les avertissements de la police suite aux plainte des victimes.

La police au Japon a traité plus de 20 000 cas de harcèlement criminel l’an dernier. C’est un record dans le pays.

Dans certains cas, les harceleurs ont tué leurs victimes après avoir reçu des avertissements de la police.

 

Discussions

Laisser un commentaire